«

»

28/09/2015 Charleville-RCSQ (+18)

Un dimanche ensoleillé dans les Ardennes

 

La Réserve, 1ère au classement

la météo était clémente en ce 1er dimanche d’automne.

Départ matinal de St-Quentin en direction de Charleville où nos équipes séniors devaient affronter leurs homologues pour le compte de la 2e journée de championnat.

« devaient » car après une info vendredi quant au possible forfait de l’équipe réserve carolomacérienne, puis un ravisement pour annoncer leur participation, l’équipe saint-quentinoise s’est retrouvée devant le fait accompli, à 30mn du match, celui-ci ne se jouera pas.

Certes il y eût de la frustration chez les Violets, mais cette victoire place provisoirement l’équipe en tête du championnat, ce qui permet de mieux faire passer la pilule.

 

Un terrain ?

En attendant que l’équipe 1 finisse son échauffement, les dirigeants saint-quentinois, à l’instar d’employés municipaux, nettoyaient la zone des 22, riche de nombreux souvenirs du festival y ayant tenu place cet été. La ville, certainement encore les yeux embrumés au lendemain de fête n’a également pris la peine de tracer le terrain qu’en partie, pas de ligne des 15 ni de couloir des 5. Sur décision de l’arbitre, des plots seront mis sur le terrain pour matérialiser les lignes.

Amis de Charleville, au prochain entrainement il y aura perception des pots de peinture si vous voulez un terrain réglo…. ^^

 

L’équipe 1 balbutie

15h. C’est au tour de l’équipe 1 d’entrer en scène sur le « bas carré vert » ….

Dès le coup d’envoi, les Violets affichent une timidité trop prononcée et se font pénaliser dès la 3e minute sur une faute commise à 55m des poteaux. Les locaux jouant avec le vent en première période ne se font pas prier, et le buteur maison, bien inspiré, passe la pénalité (3-0).

Le jeu semble équilibré, même si aidé du vent Charleville est plus à même de porter les attaques.

La mêlée est légèrement à l’avantage des Saint-Quentinois puis, comme souvent, retour à l’indiscipline : sur un temps fort des Violets, une faute commise alors que nous étions à 5m de l’en-but adverse, et c’est le carton jaune pour PH pour avoir contesté la décision arbitrale (l’arbitre a finalement toujours raison).

10mn à jouer à 14 contre 15 et Charleville en profite et joue de nos faiblesses défensives pour inscrire 2 essais dont un seul sera transformé (15-0)

Une belle réaction des avants Violets sera ponctuée d’un essai de « gros » marqué en force par Kevin (15-5)

La transformation ne passera pas, ni une autre pénalité, idem avec 2 pénalités côté Charleville.

Point marquant de la fin de la 1ère mi-temps, l’agression dans un regroupement d’un joueur Bleu (*) dans le dos de Toupie, non vue par l’arbitre mal positionné à ce moment-là.

5mn d’arrêt de jeu, et au final plus de peur que de mal pour notre 9.

15-5 à la mi-temps, rien n’est fait.

 

Une 2e mi-temps à l’avantage du RCSQ

La 2e période est quasiment à sens unique. Les violets jouent majoritairement dans le camp adverse, malgré le vent qui a diminué d’intensité.

Encore du jeu d’avants, du pilonnage en règle et c’est Mr Patate qui aplatit dans l’en-but. Kevin, en coin, transforme (15-12).

Tout est envisageable en fin de match, mais Charleville défend fièrement son maigre avantage et les Violets enchaîneront finalement les fautes de main.

15-12 score final, bonus défensif obtenu mais un goût amer de la défaite.

 

 

Points positifs : une mêlée en très nette progression, une touche retrouvée (malgré le vent latéral), un esprit  d’équipe affiché, et aussi le mode « râlage » resté dans le bus.

Points à travailler : encore de gros progrès à faire en défense, un travail de 9 dans le positionnement à l’arrière de la mêlée, et du placement des lignes arrières à consolider.

 

Tout n’est pas rose, tout n’est pas noir, on est juste Violets et fiers de nos couleurs !

 

 StO

 

(*) ndlr : à contrario du site web valenciennois, nous nous opposons à critiquer le joueur ayant commis l’agression en 1ère mi-temps. Concernant le match du 20/09 et le fait de jeu ayant conduit à l’exclusion du 7 violet et à la blessure à l’arcade du joueur valenciennois (auquel nous souhaitons de retrouver rapidement le chemin des terrains), le geste que nous déplorons également n’est pas resté impuni et il n’est nul besoin de proférer des injures, pure diffamation, sur un support informatif ouvert au grand public et notamment aux jeunes de l’école de rugby. Le geste est effectivement honteux, la parole l’est autant. A bon entendeur.

 

 

%d blogueurs aiment cette page :